Adam Smith et l’économie face à la morale

Dossier 7 : Le désir d’améliorer sa condition et le penchant à l’échange : division du travail et accumulation du capital

 

L ’ordre économique décrit par Smith dans la Richesse des nations repose sur deux ressorts anthropologiques : la propension à échanger, dont découle la division du travail, source de "cette opulence universelle qui s’étend jusqu’aux rangs les plus bas du peuple" (voir texte n°3) ; le désir d’améliorer sa condition, principal motif de l’épargne et, partant, point de départ de l’accumulation (texte n°5).

Les deux thèmes étaient abordés par Smith bien avant la Richesse des Nations, soit dans la Théorie des sentiments moraux (texte n°1), soit dans les Lectures de Glasgow (texte n°2) -- ce qui constitue un argument supplémentaire contre l’idée d’un « revirement » dans la pensée de l’auteur, les différents textes se complètant plus qu’ils ne se contredisent.

Enfin, le thème de la division du travail témoigne de la lucidité de Smith qui, tout en en soulignant les avantages, en identifiait certains effets pervers (texte n° 4).